La zone franche de Nouadhibou : le défi de la modernisation

Quand la capitale de Dakhlet Nouadhibou a été érigée en zone franche, les populations de la cité économique du pays, avaient au départ du mal à appréhender les missions dévolues à la cette haute autorité en charge de moderniser la ville pour en faire un point de mire brillant à mille feux. Pour une grande agglomération pétrie de richesses halieutiques et de trésors touristiques merveilleux, les atouts ne manquent pas pour exploiter les énormes potentialités économiques. Pour qui connaissait Nouadhibou il y a dix mois ans seulement, beaucoup de choses ont changé. Avec l’avènement de l’AZFN, les hommes d’affaires et autres opérateurs économiques ont saisi cette opportunité pour investir dans l’immobilier, le tourisme, et bien d’autres secteurs vitaux.
L’AZFN a lancé un vaste chantier de modernisation de la ville avec à la clé une maquette architecturale de haute qualité qui fera de la porte océanique une destination convoitée. Le plan vise à désengorger la ville pour assurer une fluidité dans la desserte du trafic routier urbain. Il s’agit de réaménager et de renforcer les infrastructures routières pour réguler le poumon urbain. Dans ce cadre les principaux axes seront plus praticables aux heures de pointe. Ce qui aura un impact positif sur le rendement en termes de gestion du temps et d’assainissement environnemental.
Selon le Président de la Zone Franche de Nouadhibou M. THIAM Ahmedou Tijani, ces différents travaux permettront de désengorger les axes routiers et de faire gagner aux opérateurs économiques un temps énorme, car les embouteillages et les mauvaises infrastructures routières, ont un impact sur l’environnement et sur les affaires Ce nouveau plan directeur de modernisation de la ville a profité aussi aux quartiers périphériques. Dans la zone de Tarhil d’importantes réalisations sont en cours. Un projet du parc public avec un terrain de basket à Tarhil- Nouadhibou est en phase de construction.
Dans la même dynamique, un parc public d’une capacité d’accueil de 2000 personnes (avec des aménagements sportifs) est en construction à Tarhil avec des trottoirs, une zone piétonne dotée d’un éclairage public entre Cabano et Tarhil.

Afflux des investisseurs et opérateurs

La Zone Franche de Nouadhibou attire déjà des dizaines d’investisseurs nationaux et étrangers. Des centaines de sociétés sont inscrites et agrées auprès de l’ANZF.
Par son potentiel économique Nouadhibou dispose d’atouts importants pour son développement. Avec une zone économique exclusive (ZEE) de 230 000 km2 ; elle possède l’une des côtes les plus poissonneuses au monde, avec un potentiel actuel de 1.500.000 tonnes/an. L’activité́ minière est en plein développement avec une capacité́ d’exportation de 12 millions de tonnes à partir du port minéralier de Nouadhibou. Ses gisements en or en pleine exploitation et ses sites pétroliers et gaziers font l’objet d’exploration en offshore en plus de l’existence avérée de mines de cuivre, de gypse et de sel.
Le minerai de fer des sites de Zouerate est acheminé, sur plus de 700 km, par la société nationale industrielle et minière (SNIM) et exporté à partir du terminal minéralier de Nouadhibou. L’image d’une ville située au cœur de l’océan soumise au souffles de la brise maritime, ouverte sur le monde, offre un décor naturel à tous ceux qui cherchent un refuge dans la plénitude de l’infini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *