Changement au sein des armées : Ghazouani verrouille son système

Les changements au sein de la grande muette ont consacré un recentrage du commandement autour des hommes de confiance du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani. Le nouveau dispositif procède d’un verrouillage de la hiérarchie militaire pour mieux se mettre à l’abri d’éventuelles intrigues pouvant secouer l’establishment militaire. Rien de véritablement nouveau dans le cercle de la vieille cavalerie car ce sont les mêmes hommes qui ont été redéployés d’un commandement à un autre. Des généraux catapultés par leur ancien chef à ce grade sous le magistère de l’un des premiers d’entre eux Mohamed Ould Abdel Aziz. Les mêmes faucons d’un système militaire transférés d’un poste vers un autre selon les promotions accordées. Ce sont ces hommes qui hier étaient le carré des fidèles de l’ex-président Aziz qui offrent leur loyauté au patron général des armées qui, il y a une année tenait les rennes du commandement. Les cartes ont donc été redistribuées selon la volonté de l’homme fort du pays lui seul qui en détient les raisons. Des raisons qui pourraient être liées à des urgences sécuritaires comme cela fut le 28 novembre dernier où une tentative de déstabilisation du pouvoir à peine installé, aurait été frôlée en pleine célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance nationale. Depuis quelques mois les mauvaises relations entre les deux anciens amis ne font que se dégrader au point que le moindre changement pourrait être matière à interprétation. En confiant ces hautes fonctions à des hommes qui ont bénéficié de toutes les faveurs pendant que d’autres se frottent les mains d’impatience, la dynastie des puissants généraux marche au pas d’un système « aristocratisé ». Sans une seule promotion réservée aux autres communautés marginalisées bannis des tableaux d’avancement. Dans une armée qui brandit l’étendard républicain après des vagues d’épurations ethniques.
Le décret présidentiel tombé ce lundi 8 Juin a été réparti comme suit les nominations :

Le Général de division Mohamed Ould Bamba Ould Meguett au poste de Chef d’État-major général des Armées.

Il remplace à ce poste le général de division Mohamed Cheikh Ould Mohamed Lemine, qui occupait ce poste depuis le 6 novembre 2018. Le nouveau chef des armées était jusqu’ici le patron de la police mauritanienne.

« La Présidence de la République a annoncé que par décret en date de ce jour, le Général de division Mohamed Ould Bamba Ould Meguett est nommé Chef d’État-major général des Armées », souligne un communiqué de la présidence mauritanienne transmis à l’Agence mauritanienne d’Information.

Le président mauritanien a également nommé le Général de Brigade Ahmed Ould Abdel Wedoud Ould M’Bareck au poste d’Inspecteur Général des Forces Armées et de Sécurité.

Le Contre-Amiral Isselkou Cheikh El Wely, est nommé Chef d’Etat-major particulier du Président de la République.

Le Général de Division Mohamed Cheikh Ould Mohamed Lemine est nommé Chef d’Etat-major de la Garde Nationale :

Le Général de Division Misgharou Ould Sidi est nommé Directeur général de la Sureté nationale

Le Général de Brigade Moctar Ould Bella Ould Chaabane devient Chef d’Etat-major Général adjoint des Armées

Le Général Habiboulah occupe les commandes du Groupement Général de la Sécurité Routière

Le Général de Brigade Mohamed El Moctar Ould Cheikh Ould Menny devient Chef d’État-major de l’Armée de terre

Le Contre-amiral Mohamed Ould Cheikhna ould taleb Moustaph est promu Chef d’État-major de la Marine nationale

Le Général de Brigade Mohamed Ould Cheikh Ould Beyda est promu Chef d’État-major des Forces spéciales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *