RD Congo : accusé de détournement, Vital Kamerhe risque jusqu’à 20 ans de prison

En RDC, le procureur général requiert 20 ans de travaux forcés contre le directeur de cabinet du président congolais Vital Kamerhe.

Contre le prévenu Vital Kamerhe, le procureur général a requis 20 ans de travaux forcés pour détournement, 15 ans pour corruption et enfin 10 ans d’interdiction de droits de vote et d’inéligibilité.

Il demande également que l’accusé rembourse les sommes présumées détournées, ainsi que la saisie des sommes se trouvant dans le compte de Kamerhe, sa femme Amida Chatur et sa belle-fille Soraya Mpiana entre 2019 et 2020.

Les mêmes peines sont requises contre l’homme d’affaire libanais Sammih Jammal à qui le procureur ajoute l’exclusion définitive et l’interdiction d’accès au territoire national.

Les avocats du directeur de cabinet du président congolais ont décrié le fait que le procureur et la partie civile aient brandi selon eux des pièces qui ne figuraient pas dans le dossier initial.

Ceux du Libanais parlent d’incompétence du parquet de Matete et demandent l’acquittement pur et simple de leur client.

Le procès Vital Kamerhe, pour détournement de fonds publics impliquant une personnalité d’un tel rang, est le premier du genre en RDC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *