Disons-le : (Aus)culter nos lieux de cultes

Ahamdoulillahi, nous sommes immensément pourvus en mosquées. A chaque coin de rue se dressent plusieurs minarets parfois distants seulement de quelques mètres. Le fidèle a même l’embarras du choix à franchir la porte de l’une de ces mosquées, tellement mitoyennes qu’on y entre les yeux fermés.

Ce qui en soi, en toute bonne foi religieuse renforce la foi. Lieu de partage et d’accomplissement de l’acte de dévotion et d’espoir d’expiation des fautes, la mosquée est le chemin du grand nombre de croyants. Mais ma foi à quoi tient cette prolifération des mosquées qui poussent partout superbement.

Est-ce un signe que notre pays respire une bonne odeur de sainteté dans un monde où les prêcheurs de discours à tout va rivalisent en messages allant des plus radicaux au moins angoissants, où par ailleurs le signe que les organisations de bienfaisance sont bien introduites chez nous à travers des chefs spirituels qui en font une activité lucrative.

L’abondance des mosquées présente certes des avantages mais à condition que cela ne disperse les rangs là où l’islam appelle à l’unité des fidèles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *