Chrono-virus / Comment vivent les mauritaniens à l’heure du coronavirus ?

Les mauritaniens ont –ils changé de mode de vie ? Se sont-ils adaptés à la nouvelle situation à mesure que les chiffres sonnent l’alerte et poussent à plus de prudence et de vigilance ? En dépit des mesures prises par l’Etat pour lutter contre la propagation de la pandémie la victoire est-elle possible sans un sursaut collectif ?
Le nombre de patients testés positifs s’accroit vite. La journée du samedi n’a pas dérogé à cette cadence macabre avec un décès, 60 nouveaux cas testés positifs. 5 guérisons ont, en revanche été signalés. Le rythme de propagation de la maladie qui avait atteint son pic suite au cas contagieux du supermarché Bana –blanc, augmente d’intensité ces derniers jours. Les chiffres diffusés quotidiennement par le directeur de la santé Ould zahav ne sont guère rassurants sur la courbe de la pandémie en Mauritanie. Cet exercice devenu routinier permet au moins de communiquer sur l’évolution de la maladie et de la nécessité de renforcer les mesures de prévention notamment dans les endroits de grands rassemblements : marchés, transports, mosquées, banques, hôpitaux etc qui continuent d’accueillir du monde malgré la propagation du virus favorisé par les cas- contacts et les cas communautaires. Nous avons atteint le seuil d’alerte depuis quelques semaines au moment où la crise a dépassé les prévisions de départ. Avons –nous été victimes de notre négligence coutumière, surtout de nos fausses certitudes au point de céder à l’euphorie de la fin du covid dans le pays suite aux déclarations officielles vite démenties par la vague des contaminations du porteur de bana-blanc décédé sur le coup après avoir étendu la chaine de transmission sur plusieurs endroits de la ville. Depuis, la pathologie gagne du terrain. A l’échelle mondiale ces chiffres restent encore faibles mais évalués à la taille démographique ils sont alarmants. La psychose ne fait que monter sans pourtant autant que cela n’invite les mauritaniens à plus de prudence et à davantage de respect des gestes barrière et de la distanciation sociale. La majorité continue à se pavaner dans les rues ou à arpenter les trottoirs sans la moindre attention. La circulation routière n’a pas trop baissé de rythme aux premières heures de la journée notamment au centre –ville où les bouchons se forment régulièrement. Des images qui contrastent avec la situation du covid -19 et qui exposent les populations au danger. Les bousculades sur les abords des routes par les usagers des taxis au mépris de l’application des consignes de prudence et tant d’autres comportements stupides à l’heure de la pandémie sonnent comme un désaveu adressé aux autorités sur le manque de rigueur à faire observer son plan de lutte contre le covid-19. Des unités de police covid doivent être déployées dans les endroits excentriques pour décomprimer les contacts humains et assurer une fluidité dans la circulation. L’assouplissement du dispositif de surveillance dans les marchés est aux antipodes des mesures de prévention fortement recommandées dans le monde. Aussi il y a lieu de revoir les heures de fréquentions dans les grands marchés qui doivent cesser de fonctionner à partir de 16 heures pour limiter les risques de transmission du virus. Livrés à eux –mêmes les mauritaniens continueront de vivre librement à côté du virus en dépit de l’augmentation du nombre des cas d’infections et de décès. Comme si ça n’arrive qu’à certains…. Prudence !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *