Assommé par un coup estampillé « tir de sommation » !

Abass Diallo abattu par une balle de l’armée patrouillant au long de la frontière de la vallée du fleuve au sud de la Mauritanie dans le département de Mbagne jeudi dernier continue de défrayer la chronique en cette période où la nouvelle d’une mort rappelle le passage du coronavirus. Celle qui vient de se produire a eu lieu justement dans le contexte de cette pandémie mais sous la gâchette assassine de la soldatesque sous les ordres faciles estampillés « tir de sommation ». Une expression classique fourre-tout, utilisée pour justifier une bavure et camoufler le crime. Ce n’est pas la première et ce ne sera pas la dernière. Les atrocités viennent s’ajouter à d’autres dans cette partie de la Mauritanie où on ne finit pas encore de compter les morts par balle. L’histoire retiendra encore que même en pleine période du coronavirus il y a pires morts provoquées par la pandémie mondiale. On avait pourtant bien attiré l’attention sur l’imparable retour aux vieux réflexes. Mais rien ne pouvait l’en empêcher. Porter une arme c’est facile. En faire l’usage opportun exige une certaine dose de retenue morale et psychique . Quelque soit le motif évoqué pour tenter de justifier cette liquidation à sang froid d’un pauvre charretier qui pouvait être facilement arrêté par un petit coup d’accélérateur d’une Land cruiser de l’armée aucune version si savamment agencée soit elle ne saurait convaincre l’opinion sur cet acte d’un autre age. Aucune consolation non plus ne remplacerait la perte d’un fils. Les bonnes intentions devaient êtres les meilleures armes pour éviter les destructions des vies humaines. Sommes- nous ainsi en droit de penser que les balles sont sélectives et leur usage disproportionnée selon les cibles. Sinon comment comprendre que de grands narco-Jihadistes circulant librement en pick-up armés lourdement soient différemment traités qu’un pauvre passeur rattrapable à pied. Si cette mort comme cela a été formulé par le communiqué de l’Etat-major de l’armée est involontaire, alors il faudrait qu’une enquêté sérieuse soit ouverte et ses résultats rendus sans délais et les auteurs sanctionnés.
Que désormais de telles abominations cessent. A ceux qui ne veulent pas entendre des condamnations par rapport à ce fait, et qui se cachent derrière leurs petits doigts, disons que rien ne doit justifier un tir sur un chien à plus forte raison sur un être humain aux mains nues. L’unité nationale ne se construit pas sur la superposition des maux ni par le mensonge du discours politique mais par des actes sincères. Le socle fédérateur en est la justice et le respect de la dignité humane…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *