Jusqu’ où le pouvoir tolérera –t-il les simagrées d’Aziz?

J
 L’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz continue sans la moindre hésitation à mobiliser ses ouilles dans la rue. Ses rendez-vous à la direction de la sûreté pour signer sa présence chaque vendredi se sont transformés en véritables cirques politico-médiatiques. Formant un cortège d’accompagnants qui passent pour ses fidèles l’ex-président multiplie les rassemblements populaires pour adresser aux autorités un message de défi  aux allures de  provocation. Pourfendant le pouvoir de son successeur Ghazouani devenu sa cible directe, il invective, persifle et ridiculise les fifres du pouvoir à l’origine de l’enquête sur  sa  décennie. Il se donne à fond dans cette action de communication qui a pris de l’ampleur dans les réseaux sociaux. Il ne rate aucune occasion pour faire des révélations ou dénoncer les failles du système actuel. Aziz peut se permettre de mettre en cause la mauvaise gestion de l’actuel régime.  Se faisant un donneur  de leçons dans la moralisation  des deniers publics. Au milieu de sa bande d’agitateurs il tourné ses vidéos avec des smartphones qui fournissent les moindres détails sur le jeu  d’ échanges de propos et répliques  avec les forces de l’ordre qu’il espionne et enregistre les conversations retransmises  en live. Aziz  se délecte de ces exercices et en tire une gloire qui lui permet de nourrir son ego. L ‘image devient bien cocasse pour un ancien président qui hier réprimait les manifestants qui contestaient dans les rues  son régime. Comme un roi fou c’est lui qui investit les avenues et galvanise des jeunes gens autour de son discours à  la tonalité dithyrambique. Aziz a-t-il pété les plombs se demandent certains qui trouvent l’homme étrange par son comportement qui colle mal avec la   personnalité d’un homme qui incarnait l’absolutisme du pouvoir. Non, rétorquent d’autres. Aziz est à la conquête d’une nouvelle aura populaire pour tenir tête  à son ancien compagnon et ami « incapable » de le plier en deux. Mais à  force de persévérer dans cette logique suicidaire il risque de se voir embastiller et humilier sans autre forme de procès. Les signes de ce hara kiri planent sur sa tête.

CTD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *